Avant de commencer la sculpture, la préparation du sépion : 

Nettoyage à l’eau douce, à l’aide d’une brosse pour éliminer sable et impuretés.

Mise au bain en eau douce, 12 à 48 heures, avec changements d’eau toutes les 8 heures pour le dessalage. Les os flottent, il faut des poids pour les maintenir bien à l’eau et éviter qu’ils ne se retournent.

Séchage en plein air mais à l’écart des oiseaux ! Les os des seiches sont rangés verticalement en caisses ajourées. Au moins une semaine pour un séchage complet en conditions climatiques sèches et chaudes. Les os ne sèchent pas à la même vitesse : cela varie avec leur taille et leur épaisseur.

Les os sont triés : taille, couleur, état de qualité… Puis le tri consiste ensuite à séparer les os présentant des micro-fissures sur leur coquille, à peine décelables à l’œil nu. Cela évite que l’os ne se brise lorsque la sculpture est en cours de réalisation.

Article de F.Mercier pour Seich’Elle Créations.

sculpture
Os de seiches- récolte en cagettes

Précautions de travail :

La sculpture de l’os de seiche génère une fine poussière blanche extrêmement volatile et agressive. Le risque de silicose est réel. Aération, ventilation, et protection respiratoire et corporelle sont obligatoires.

Grâce au procédé de stabilisation, une fois la sculpture réalisée, l’objet ne présente aucun danger pour la santé.

Article de F.Mercier pour Seich’Elle Créations.

Plusieurs manières pour sculpter le sépion  :

1. Le sépion est évidé entièrement ou partiellement. Ce travail de sculpture en creux permet d’obtenir un objet présentant une opalescence.

2. Le sépion est découpé, débarrassé des éléments friables de la coquille. Il se présente comme une sculpture. L’aspect est blanc mat côté face, tandis que la coquille reste côté dos.

3. Le sépion est entièrement débarrassé de sa coquille. La structure friable en aragonite peut ainsi être travaillée des deux côtés. Cette technique est très délicate, car à ce stade, l’aragonite peut casser encore plus vite ou s’effriter en poussière plus facilement. Par ailleurs, sans la coquille, les collages sur toile ou sur panneau sont plus aisés car les pièces réalisées offrent une bonne adhérence sur le support.

Article de F.Mercier pour Seich’Elle Créations.

Objet mat. 

catalogue
Hippocampe du Morbihan-détail de la tête.

Les outils de la sculpture. 

Outils de fabrication et moyens de protection pour la sculpture des os seiches.

Les outils de sculpture sont très variés :

Toutes sortes d’outils manuels issus de la poterie, gravure, sculpture sur bois, sculpture sur métal tendre… pour travailler en taille douce.

Des outils détournés, tels que des instruments de cuisine et de table, des instruments de chirurgie et de chirurgie dentaire… et aussi des outils inventés et bricolés pour répondre à des besoins de précision ou d’accès.

Papiers de verre, rubans à grains…et doigts de la main pour le ponçage.

Outils mécaniques électriques nécessaires à la découpe et au perçage de précision : meules, fraises, mèches…

Article de F.Mercier pour Seich’Elle Créations.

Finesse et délicatesse de la sculpture. 

sculpture
Détail- Hippocampe clé de sol - Travail de la volute de la queue.

La mise en oeuvre du travail c’est :

  • une récolte de 450 os de seiches environs, pour l’année 2017.
  • 6 phases de travail : la récolte, la préparation des os de seiches, les dessins préparatoires et croquis techniques des sujets, la sculpture, la stabilisation, la mise en scène et conception des objets.
  • 35 étapes de fabrication différentes sont nécessaires, dont certaines répétées des dizaines de fois. 

 

L’authentification : Cherchez la signature… Cherchez la griffe !

Chacun des objets de Seich’Elle Créations est unique et signé. L’authentification apparaît au dos de la sculpture, par mes initiales gravées. Peu visibles du fait même du matériau de la coquille, un petit clou surmonté d’une tête blanche est implanté sur l’objet : c’est ma griffe. Bien plus facile à repérer !

 

Malin et respectueux :

Les os de seiches sont des laisses de mer.

Comme ils sont sculptés à l’état naturel, je peux finalement restituer leurs débris à la mer. Grâce à cet acte respectueux pour l’environnement, les oiseaux du littoral peuvent continuer à picorer les os de seiche et fortifier ainsi leur organisme. 

Article de F.Mercier pour Seich’Elle Créations.